Le Bureau des Usages

Composée essentiellement de designers, RF Studio a toujours abordé les sujets, qu’ils se rapportent à l’objet, à l’espace ou au message par les usages.

Initié comme organe de veille, le Bureau des Usages oeuvre constamment à l’enrichissement d’une intelligence partagée qui infuse tous les projets du studio. Il est à présent constitué en cellule de maîtrise d’usage et de programmation. Ce faisant, il intervient en tant que conseil et accompagne ses clients très en amont de la mise en forme, pour définir ou redéfinir le cahier des charges d’un objet, la programmatique d’un immeuble ou la dynamique d’un quartier en devenir. Le bureau des usages est ainsi sollicité pour des missions de diagnostique, de préfiguration, de conception de nouveaux usages, de parcours utilisateurs ou de programmation de lieux de vie, qu’ils soient publics ou privés.

L’expérience du studio dans la conception et le développement de projets dans des domaines aussi variés que l’hôtellerie, la restauration, la scénographie, le commerce, l’espace public et le mobilier lui permet de porter un regard aiguisé sur les transformations profondes en cours dans nos modes de vies.

Ces mutations sont notamment induites par la révolution numérique, les enjeux climatiques et les nouvelles formes de communication. Elles impliquent de penser autrement les espaces de vie et de rencontre. Le studio a pour ce faire développé une approche particulière pour apporter des réponses prospectives aux évolutions sociales, notamment à partir de l’analyse de l’expérience individuelle et des parcours des usagers. Cette nouvelle vision apporte une complémentarité fertile aux métiers de la création appliquée en parfaite cohésion avec les promoteurs, les architectes et les institutions.

Très en amont de la formalisation des espaces et des objets, nous basons notre approche sur la valeur d’usage : anticiper les pratiques de demain, définir le fondement et l’utilité de chacun des projets, préserver l’échelle humaine, construire les écosystèmes qui les rendront effectifs.

Scott Longfellow dirige cette équipe d’experts interne à la croisée du design, de la technologie et des sciences sociales. Au grès des projet d’intervenants idoines venus de l’écosystème du studio : auteurs, illustrateurs, réalisateurs, UX designers, data scientist, sociologues, écologues, ingénieurs, architectes, paysagistes, urbanistes, strat-up, etc.

Design fiction

Nous incarnons chacun des projets par des narrations et des scénarios d’usage. Ces projections sont à l’origine de chacune de nos propositions.

Nous anticipons la vie des projets en y incarnant des personnages dans des scénarios d’usages contextualisés dans l’espace et dans différentes temporalités. Nous mettons l’accent sur l’importance de la prise en compte des besoins comme des pratiques propres à l’utilisateur final. Nous parlons ici d’échelle et de temps humains, d’anticipations des usages.

Nous travaillons pour cela avec des professionnels du récit, que cela passe par l’imagine  fixe, l’image animée ou l’écriture. Nous constituons pour chacun des projets une équipe qui nous permet de nourrir ces scenarios d’usage. Cette approche d’anticipation et de design stratégique éclaire ensuite le travail de conception et de formalisation.

  • Axionomia, 150 avenue des Champs-Elysées, Cinema MK2, Mixcité…

Ecosystèmes

Obsédés par la circularité et la mutualisation, nous infiltrons des milieux professionnels afin de définir le modèle économique, de questionner la rentabilité et de nous assurer de la faisabilité.

Conscients que nous participons à la création de lieux de vie et d’échange, que le flux est aussi important que le bâti, nous veillons au confort des relations. Les prototypes  fictionnnels sont autant de projections qui nous permettent d’anticiper les systèmes d’inter-relations et les parcours utilisateur : nous créons des écosystèmes et augmentons toujours l’équipe d’opérateurs potentiels du projet.

Phygital

À l’heure de l’intelligence artificielle et des services prédictifs, nous nous posons la question de l’augmentation de l’espace comme une évidence et cherchons à trouver du sens et du confort grâce à ce dialogue entre monde physique et monde numérique.

Medium is the message, l’interface de ces deux mondes est souvent l’interface entre deux personnes. Dans le monde de l’économie de la connaissance et de l’expérience, nous construisons, au-delà des espaces, des systèmes dynamiques de relation car c’est le confort phygital qui, nous en sommes convaincus, fait la réussite d’un projet.

Enfin, une méthode linéaire mais agile, nous permet de structurer notre accompagnement de la définition du cahier des charges à la livraison du projet :

schema_rfstudio-02

ANALYSE
1. Analyse contextuelle : Observation, entretiens, analyse des statistiques et des éléments de contexte, concertation avec les futurs usagers.
2. Intégration/Constitution de l’équipe : Invitation de spécialistes du secteur concerné, identification des solutions existantes, notamment dans les start-up, choix des narrateurs.

INCARNATION
3. Programmation : Définition des fonctions des espaces, des destinations, des opérateurs et des hybridations.
4. Design Fiction : Mise en contexte de la programmation dans des scénarios d’usage impliquant des personas et des temporalités.

APPLICATION
5. Modélisation des écosystèmes : Prise en compte, au-delà des espaces et du temps, des systèmes d’inter-relations selon les différentes pratiques de la vie quotidienne afin d’optimiser la conception (alimentation, culture, sport, commerce, services à la personnes, utilités, logistique, etc.). Co-conception avec les usagers et les opérateurs.
6. Préfiguration et anticipation de la vie du projet : Intégration des opérateurs et des usagers dans la préfiguration pour une appropriation directe du projet à la livraison.